Editor’s Letter #9 – La fin et le début

Editor’s Letter #9 – La fin et le début

La fin et le début.
Ces mots flottent dans mon esprit depuis des mois à chaque fois que je pense à toi Novembre.

La fin et le début.
Qu’il m’est difficile de me poser, de rédiger la suite de cette lettre, raturée (virtuellement), chiffonnée (virtuellement toujours) et recommencée un nombre incalculable de fois. A ce rythme, je me demande même si je vais réussir à la publier avant que tes 30 jours ne soient écoulés. C’est dire à quel point j’en suis dans le fil de ma pensée.

Fin et début.
Rares ont été les fois où ces termes ont réellement pris leur sens. Je pense d’ailleurs que je ne les avais jamais compris ou, mieux, vécus. Bien sûr, des pages j’en ai tourné. Des fins, des débuts, j’en ai connus. Chaque année, chaque anniversaire ne sont-ils pas eux-mêmes de nouveaux chapitres ? Simples transitions, mais quand même fin et début. J’aime à les envisager ainsi, en page vierge, prêts à redonner confiance, espoirs et perspectives de modifier ce qui n’a pas convenu.

Fin et début.
Incomparables cependant avec cette page-ci qui se tourne. Trente ans. Je clos un chapitre de 30 ans. A ce stade, ce ne sont plus 365 anodins jours, c’est une ère. C’est une vie. C’est ma vie tout entière, mon passé, mon vécu, tout ce qui me constituait jusqu’alors qui tire sa révérence. Pas loin, mais pas près non plus. Une transition, une évolution, le genre chrysalide qui devient papillon (ou têtard / grenouille au choix). L’aboutissement d’un moi + 1, de plus en plus présent, de plus en plus grand et prenant depuis 9 mois. D’un moi + 1 qui se concrétise et de deux existences qui fusionnent et se séparent en même temps.

Fin et début…
Etrange sensation que d’être comme perchée sur un fil au-dessus du vide. Posée là, en attente, entre deux mondes, entre deux modes de vie. L’un pas totalement clos, l’autre pas complètement accessible. Et le temps qui s’égrène plus ou moins rapidement selon les jours, me pousse indubitablement en avant, vers cette nouvelle aventure, cet autre chapitre, cet autre moi, cette autre vie aussi bien au propre comme au figuré. Derniers instants à deux (3 si je compte mon chihuahua), derniers instants « 2 en 1 » si je parle de cet autre duo que je forme depuis 9 mois, derniers préparatifs, dernières vérifications, dernières installations… Le regard braqué sur l’avenir, sur l’après, entre deux thés chauds (et une bouteille d’eau fraîche parce que… parce que j’en sais rien mais j’en ai besoin), je regarde les projets qui prennent vie, le futur qui se dessine lentement, ces instants que j’entrevois et imagine le sourire aux lèvres. Etrange. Encore, oui.

La fin et le début…
Rares auront été les instants où les questionnements auront été aussi intenses. Me voilà Novembre, enfin libérée (délivrée) de certaines obligations, seule face à moi-même et libre de penser. Ou du moins de me laisser envahir par une foule de réflexions durant ce temps aléatoire qu’il me reste. Cette solitude, recherchée, pour faire le point, tenter de comprendre ou d’assimiler « Qui suis-je là, maintenant ? », « Est-ce que c’est moi réellement ? », « Est-ce que j’aurai encore envie de ceci ou de cela ? ». C’est complexe, c’est confus, on ne répond pas si simplement à ce genre d’interrogations. On élude en général ces apartés avec soi pour ne pas justement se rendre encore plus confus. Pourtant c’est là, c’est le moment, c’est l’heure du point et du bilan. Etre au clair avec soi pour mieux accueillir la suite. Lui tendre les bras pleinement et débuter une nouvelle ère.

La fin. Le début.
Novembre tu vas être un tsunami, plus rien ne sera jamais plus pareil quand tu tireras ta révérence cette année.

La fin est si proche… Vivement le début.

Partager:

3 Commentaires

  1. Marie
    2 novembre 2016 / 17 h 54 min

    J’aurais pu écrire ces lignes, étant moi-même dans mon dernier mois de grossesse… j’en ai eu les larmes aux yeux. Quel sentiment étrange cette « transition ». Courage pour la fin !

    • 4 novembre 2016 / 15 h 03 min

      Merci mille fois Marie pour ton commentaire <3
      Courage à toi aussi pour la fin ! J'espère que tu es moins emmerdée que moi par les équipes médicales !

  2. Céline
    7 novembre 2016 / 11 h 06 min

    Très beau texte, j’aime beaucoup « ta patte », ton écriture.
    Fin et début, je m’y verrais déjà dans tes mots tellement ça pourrait me ressembler, moi qui réfléchis beaucoup et qui me pose tant d’interrogations.
    Tu es forte, je pense que fin et début vont très bien s’enchainer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *