Editor’s Letter #13 – De l’importance d’être soi-même

Editor’s Letter #13 – De l’importance d’être soi-même

Cher Mars,

Figure-toi que je pensais me connaitre, que j’imaginais être enfin devenue la personne -ou devrais-je dire l’adulte- que j’escomptais être. Il me semblait avoir trouvé le bon compromis, oser suffisamment, être sûre de mes goûts, de mes choix, de mes envies.

Figure-toi que j’avais tout faux. Ceci n’était qu’un leurre, ou plutôt une première ébauche. Il m’aura fallu un an pour le comprendre. Soit une grossesse et les premiers mois de vie de mon fils.

Dire que tout a été chamboulé serait presque minimiser l’impact de ces douze derniers mois sur mon « moi » le plus profond. On dit que c’est un grand changement. C’est faux, c’est bien plus. Une remise en question totale serait plus juste.

Remise en question professionnelle, personnelle. Remise en question de son image, de l’apparence, de ce qu’on veut ou non montrer. J’ai choisi par exemple de ne jamais montrer mon fils par ici ou sur Instagram. Je n’ai pas envie de l’exposer alors qu’il n’a pas son mot à dire sur le sujet. Pourtant, j’en suis tellement fière (oui, à 3 mois, j’en suis fière à un point que vous ne pouvez pas imaginer), que je posterai sa bouille sans cesse. Partout.

J’ai choisi aussi de poursuivre mon boulot -mieux, de monter ma société- tout en l’élevant afin de profiter de chaque instant avec lui. Malgré la difficulté que cela représente de travailler avec un bébé. Malgré la quasi absence de mon congé maternité. Ses sourires, ses rires, ses premiers babillages me font tout arrêter à peu près 800 fois dans la journée (et je perds constamment le fil de ma pensée) mais je n’échangerai ces instants pour rien au monde. « Pire » ou « Mieux », même en étant freelance, même en bossant depuis mon propre bureau avec lui tout près, je suis parfois tentée de mettre tout ceci entre parenthèses et de profiter uniquement de lui. Encore plus. Pour l’instant mon meilleur compromis est de déconnecter beaucoup (beaucoup) plus durant la journée, la soirée et les week-end.

Mars, je pensais également m’être trouvée « stylistiquement » parlant ces dernières années. Plus de minimalisme, moins d’extravagances. Quelques petits imprimés de temps à autre. Bien plus sage qu’au début de ma vingtaine en quelque sorte. Et il y a eu le challenge des neufs mois à tenter de m’habiller, il y a eu ce corps qui change, ce ventre qui s’arrondit à vue d’oeil, ce regard qu’on croise parfois dans les yeux des autres et qui semble signifier « Quelle audace de porter ceci en tant que future maman, ce n’est pas « correct ». Vient la délivrance, le retour « à la normale » et subitement l’envie de s’en foutre totalement de ce regard des autres.

Au final, d’être soi et qu’importe si cela ne convient pas à untel ou untel. Qu’importe si le look s’éloigne des tendances. Qu’importe s’il ne colle pas aux codes de la blogueuse mode en vogue. Qu’importe si les visites ne décollent plus (ou baissent) car les propositions ne sont pas « dans le moule », fleurie ou rose, ne tournent pas autour du « it » qui change toutes les 3 semaines. Ce tournant, je le prends à pleine vitesse et que revienne l’ère des t-shirs de groupes (je baigne depuis plus de 15 ans dans ce milieu), des vestes trop cloutées, du noir permanent. Je lâche la bride.

C’est mon essence, c’est mon identité, c’est celle que je suis et qui a souvent disparue pour tenter de plaire au plus grand nombre (et oui, comme toute blogueuse, j’ai eu ma période).

Mars, à 31 ans, après une grossesse et un fils merveilleux, j’ai enfin compris une chose essentielle : il est vraiment important d’être soi-même.

J’espère que vous me suivrez encore tout au long de l’année dans cette nouvelle aventure !

Passez une très belle journée et à très vite pour un nouvel article.

Suivre:
Partager:

2 Commentaires

  1. Sophie KUNE-RZEPKA
    10 mars 2017 / 9 h 40 min

    C’est exactement ce que j’ai ressenti à la naissance de mon fils et tu vas voir, les choses vont encore bouger. Je te souhaite un merveilleux voyage pour tout ce que tu entreprendras Jessica et bien sur, je serai là. With love <3

  2. 24 mars 2017 / 14 h 20 min

    Je t’avais dis qu’être maman allait changer beaucoup :) Encore plus sur l’image qu’on donne, la vie de blogueuse, le retour au travail tout est chambouler. Moi aussi je suis en plein questionnement quant à mon blog et même complètement ma vie sur Internet, et finalement, avec ma fille à se peindre les mains et se faire des bisous avec de la sauce tomate, je me dis que c’est juste ça l’essentiel et que le reste n’a pas d’importance. Courage pour la suite et surtout, profite de ton petit bout! Bisous ma belle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *