READING

Editor’s Letter #16 – La fille de l...

Editor’s Letter #16 – La fille de l’été

J’ai rêvé à la fille d’été comme je fantasme le “Paradis Estival” dont je vous parlais dans l’Editor’s Letter de juin. La fille de l’été se pose entre mythe et réalité. Entre cette image de papier glacé et représentation cinématographique.

La fille de l’été est (presque) toujours un savant mix entre Bardot et la nana bohème venant passer ses vacances “sur la Côte”. Elle ne dit jamais Côte d’Azur, on sait que c’est à cette côte particulière qu’elle fait allusion et pas à une autre. Elle navigue entre Saint-Trop’ et Monaco, fait des haltes à Cannes, des passages par les criques du Cap-Ferrat, boit du rosé à Bandol.

Elle est grande, élancée, porte de longues robes légères et imprimées, des espadrilles aux pieds et se contente d’un panier de paille en guise de sac à main. Ses cheveux volent au vent. Ils sont longs (forcément), décolorés par le soleil dans des teintes dorées que le meilleur des coloristes ne saurait  reproduire. Ils ondulent baisés par le sel marin bien qu’elle les relève négligemment quand elle se baigne.

La fille de l’été est solaire. C’est logique me direz-vous. L’été est SA saison et elle s’y épanouie pleinement. Elle ne semble jamais avoir chaud, sa voix est douce, son geste juste, sa pensée optimiste. Elle est pile au bon endroit au bon moment pour obtenir la parfaite photo. Mieux, elle est un parfait cliché Instagram à elle seule, rassemblant les critères C.E.E : Canon ; Enviable ; Eblouissant.

J’ai tellement essayé de lui ressembler à cette fille de l’été, gardant les cheveux longs longtemps, m’essayant aux robes fluides et aux espadrilles. Mes cheveux n’ont jamais retenu le pli du savant coiffé / décoiffé de surfeuse et les reflets dorés m’ont snobé au profit de reflets roux (un comble pour la blonde que je suis au naturel).

En me glissant dans la peau de la fille de l’été, une chose ne m’a jamais quitté : le sentiment d’être déguisée. Et je crois que tout le secret de la fille de l’été réside pourtant là : se sentir parfaitement à l’aise. Dans ce qu’elle porte, dans ce qu’elle est, dans ce qu’elle vit. A l’image de la Parisienne, autre cliché tenace et dont certaines s’emparent pourtant avec une aisance désarmante.

Vivant justement sur “la Côte”, j’ai poursuivi ce rêve éphémère et saisonnier comme une chimère, pensant, avec naïveté, qu’il me suffirait d’atteindre l’âge adulte pour intégrer ce club fermé. Les années filent et l’intronisation ne se fait guère. Je ne suis pas la fille de l’été, je ne le serais peut être (certainement ?) jamais. J’en ai souffert, bêtement car finalement, cette fille de l’été parfaite est surtout celle des magazines. Celle que nous renvoie l’imaginaire collectif, l’imaginaire d’autrui. Cette fille de l’été, comme je le disais en ouverture, est surtout, souvent, celle du papier glacé et des pellicules de films. A l’image du Paradis Estival et du fameux petit village provençal baigné de soleil, plongé dans le son des cigales, bordé de lavande et où se sirote un Spritz.

Si l’été n’est au final qu’une illusion, un joli rêve que l’on caresse dans son open space, devant son écran, en pensant aux vacances qui finiront bien par arriver un jour ou l’autre, alors je veux bien me laisser encore un peu bercer par ces jolies images. Et rêver encore, qu’un jour, peut être, la fille de l’été dans son petit village provençal, ce sera moi.

Passez une très belle journée et rendez-vous sur mon compte Instagram pour tenter de gagner 4 jolis lots très estivaux !


Créatrice du blog mode tendance et beauté "About-a-Girl.com". Journaliste et community manager freelance.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

INSTAGRAM
RETROUVEZ ABOUT A GIRL SUR INSTAGRAM