Paris

Il n’y a pas une bonne façon pour revenir. Pas une méthode parfaite, complète, applicable de A à Z qui permettrait de laisser à nouveaux les mots s’imprégner du ton léger et futile qui fait l’essence d’un blog mode et beauté. Reprendre le fil… Mais quel fil ? Celui qui s’est brisé net ? Celui qui semble naitre de la partie maître ? Celui, noué, qui s’est installé au fond de notre gorge et qu’on tente en vain de desserrer depuis vendredi soir ?

On peut dire ce qu’on veut, les “La vie continue” résonnent comme une invitation à laquelle il est momentanément compliqué de répondre. J’ai entendu un homme aux informations dire “Il faut oublier” suivi du fameux “La vie continue”. Non monsieur, il ne faut pas oublier, au contraire, il faut se souvenir sans se laisser emprisonner par ce souvenir et puis, oui, continuer mais sans reprendre le même chemin. Autrement.

Des solutions, du futur, des méthodes, je n’en discuterai pas. Pas ici. Ce n’est pas le lieu, pas le but.

Tout au long du week-end, il a été difficile de s’éloigner un temps des réseaux sociaux, de ne pas s’attarder sur les visages souriants de ces personnes qui, heure après heure, s’effaçaient de la vie. Des nouvelles, rassurantes pour nous, cruelles pour d’autres, tant d’autres. Une peine immense partagée, éprouvée. Et puis soudain l’identification. Ce couple qui s’embrasse, cet autre qui se dévoile, complice… Une pensée égoïste qu’il est difficile de refouler : Ca aurait pu être nous.

Nous étions à Paris il y a quelques semaines, dans ce quartier magnifique qui a été frappé de plein fouet. Nous y étions montés pour assister un concert. Nous avons déjeuné, diné en terrasse, bu des cafés et du vin, insouciants, heureux, libres. Vivants. Nous sommes cette génération touchée en plein coeur, fauchée pour un seul méfait : celui d’aimer la vie, sa frénésie, sa liberté.

Nous sommes cette jeunesse passionnée.
Nous sommes ces épicuriens.
Nous sommes ces parisiens de naissance ou de coeur.
Nous sommes le coeur empli de chagrin, les lèvres hésitante, la voix tremblotante en quête des paroles d’un bon vieux tube Rock’n’Roll.

Insoumis, infléchis, invaincus.

Paris, je ne t’oublie pas, ni toi, ni vous, ni tous ceux qui se retrouvent aujourd’hui confrontés à cette situation irréelle de près ou d’un peu moins près.

Il n’y pas non plus de mots pour conclure, seulement vous dire que le blog reprendra son cours demain dans la journée, sur un autre fil, “comme avant”, mais pas tout à fait.


Journaliste. Créatrice de contenus. Fondatrice du blog "About-a-Girl.com" et de la marque de bijoux "23/NOVEMBRE".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

INSTAGRAM
RETROUVEZ ABOUT A GIRL SUR INSTAGRAM