Editor’s Letter #11 – Le temps des résolutions

Editor’s Letter #11 – Le temps des résolutions

Bienvenue nouvelle année. Bienvenue Janvier, premier mois de 2017.
Avec toi s’ouvre une page vierge et douze mois à inventer.

Janvier, temps des résolutions et des promesses jamais tenues.
Soyons honnêtes, qui parmi nous suivra réellement ses souhaits du 1er jusqu’au 31 décembre prochain ?

Nous voilà comme tout les ans pétris de bonnes intentions envers nous-mêmes et nos proches. On désire le meilleur pour autrui, on espère le meilleur pour soi. On se veut, on se rêve, on s’imagine comme neuf : plus de sport, moins de cigarettes, de mal-bouffe, plus d’attention et de bienveillance, un boulot enfin valorisant où l’on se sent reconnu à sa juste valeur, une activité qui nous fera du bien, plus de temps pour apprécier les plaisirs qu’offre notre vie, etc.

Le 1er marque le renouveau, fait renaitre l’espoir, l’enthousiasme. Ces mêmes sentiments qui s’effritent déjà le 2, s’étiolent le 10 et s’enterrent le 20. Même les plus volontaires finiront par perdre ce vue ces objectifs que nous avons tous plus ou moins en commun. C’est normal, c’est humain. C’est le quotidien qui nous happe de nouveau et reprend le dessus.

Ces bonnes résolutions, j’en ai longtemps pris. Celle de me remettre au sport (du moins à être plus active). Celle de me trouver en meilleure forme (et me délester de quelques kilos au passage) également. J’ai réussi, un temps, à les tenir. Est revenu le fameux quotidien au galop, les excuses, fausses et vraies, pour échapper à ces promesses. La sensation au final de me trahir un peu, de me tromper beaucoup et de ne pas avoir les bons objectifs.

2016 fut une année déroutante sur bien des plans.
Je me suis épanchée sur le sujet dans le post précédent, « 2016 en 24 looks« . Certaines raisons sont assez évidentes (30 ans, grossesse, devenir mère entre autres), d’autres plus discrètes. Ce fut une année de chamboulements aussi bien physiques que psychiques, beaucoup de remises en questions, beaucoup de tri dans bien des domaines et l’impression de finir complètement lessivée en fin d’année.

Aussi, le 1er janvier 2017, je me suis promis une seule chose : vivre.
Pleinement, follement, fougueusement, furieusement, passionnément.

Je me suis promis de ne pas prendre de bonnes résolutions que je ne saurais tenir mais de me laisser libre, de ne pas m’entraver avec ces fausses promesses qui ne serviront qu’à me miner en fin d’année. Je sais que m’attendent bien des défis, je sais également qu’il me faudra malgré tout en relever certains très basiques (au pif, me délester de mes kilos de grossesse et… faire du sport) pour mon propre équilibre, mais aussi -surtout- me lancer dans des nouvelles aventures professionnelles et que le tournant qui s’amorce peut être assez difficile.

Néanmoins, je conserve en tête cette promesse de vivre.
Vivre chaque jour intensément. Profiter du moindre moment et de ces heures qui ne reviendront pas. Ces journées qu’on désire voir « passer vite » par moment mais qui pourtant ne seront jamais retrouvées ni remboursées. Ces premiers sourires, mots qui, eux-aussi, ne seront plus au programme. Ces quatre saisons, ces douze mois avec leurs bonnes et mauvaises surprises qui se supportent et se savourent. Vivre et réorganiser mon emploi du temps pour ne plus avoir à dire « Je n’ai pas le temps » chaque jour, profiter enfin des bienfaits d’une vie d’indépendante / freelance / chef d’entreprise (collez-moi l’étiquette que vous désirez).

Vivre et changer.

Je vous souhaite une fois de plus une merveilleuse année 2017.
Qu’elle vous apporte tout ce que vous désirez, son lot de belles surprises et de grandes joies. Profiter de vous, de vos proches, de tout. Et aussi (surtout) merci, merci pour ces années en votre compagnie, vos mots réguliers et nos échanges agréables.

On repart pour une nouvelle année ensemble et de bien beaux projets.
A très vite !

Partager:

1 Commentaire

  1. Claire (bemyjuneharper)
    6 janvier 2017 / 14 h 11 min

    Tu as une très jolie plume. Très belle année à toi et ta petite famille Jessica.
    Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *