Ueno

Voilà plus de deux mois que nous sommes revenus de Tokyo. J’ai ce pincement au coeur qui s’accentue à chaque fois que j’ouvre le dossier contenant nos photos. Deux mois que je ne réalise pas que oui, j’ai bien été au bout du monde, dans cette ville à laquelle j’ai longtemps rêvé et que j’ai pu transformer ce désir en réalité. C’est à la fois très étrange et très grisant.

Il faut dire que ce séjour, peut-être anodin à première vue, a bousculé pas mal de choses dans mon esprit. Aussi bizarre que cela puisse l’être en l’exprimant, ce n’était pas de simples “vacances”, c’était un accomplissement, une première, un changement, une prise de recul, une remise en questions. Aussi bizarre que cela le soit (bis), ces quinze jours m’ont permis d’y voir beaucoup plus clair sur ma vie, ce blog, mon boulot et un tas d’autres choses.

J’ai changé. Je m’en rends compte tous les jours. Ce qui comptait (plus ou moins superficiellement) a pris moins d’importance. Je pense notamment (d’un point de vue superficiel), aux vêtements, au shopping et à l’univers mode / blog en général. Attention, j’aime toujours ça. J’aime toujours About a Girl et ne songe pas à l’arrêter. Simplement, je me suis étonnamment distanciée par rapport à tout ça. Certaines broutilles, certaines habitudes, qui me gâchaient progressivement la vie / le quotidien, se sont subitement envolées. On me dit que ce n’est pas seulement ce voyage qui a provoqué ça, mais aussi l’approche des 30 ans et d’autres envies plus “réelles”. Quoi qu’il en soit, je sais que ce séjour à Tokyo a joué un sacré rôle dans tout ça.

Lorsqu’on me demande justement de le raconter ce séjour, je suis toujours gênée. Quand le fameux “Alors ? Comment c’était ?” tombe, j’en deviendrais presque muette. Comment raconter quelque chose qu’on a vécu si profondément, si intensivement, si intimement ?

Je sais, on dirait que je parle d’une retraite dans un ashram, d’une expérience mystique alors que j’étais en pleine ville de lumières, d’agitation et de consommation bien loin d’un séjour spirituel (quoi que, cet aspect demeure très présent à Tokyo, étonnamment).

Généralement, je réponds quelque chose comme “Super, génial, incroyable !” et la discussion tourne court. Je sens la déception poindre chez mon interlocuteur qui doit penser que soit je l’ai mal vécu, soit je ne suis pas du genre expressive, soit je suis blasée de tout.

Désolée, je n’ai pas envie de partager. Non, en fait c’est un peu plus compliqué que ça : je ne sais pas comment le partager. Je n’ai pas les mots. Ils ne seraient pas assez justes pour résumer ce que j’ai ressenti.

Vous savez, on lit souvent que maintenant, les gens passent plus de temps vissés derrière leurs objectifs / écrans pour capter les moments, plutôt que de les vivre pleinement. Je suis assez d’accord avec ça.

Moi la première, j’ai été hystérique du clic lors de mon premier séjour en Bretagne. Je voulais capter chaque feuille, chaque lumière, chaque branche de Brocéliande (oui, je vous parlerai peut-être un jour de cette addiction totale pour la légende arthurienne, le moyen-âge et tout ce qui en découle) (non, mais ne partez pas pour autant !) (et oui, il y a bien des aspects non mode que je ne divulgue jamais ici). Et puis je me suis rendue compte à mon retour que même la plus longue séance photo du monde ne rendrait jamais justice à ce que j’avais ressenti à ce moment-là.

Je pensais faire 3000 photos en une journée au Japon, que mes 3 cartes SD ne suffiraient pas. Finalement, hors photos pour le blog, nous avons du en faire 950 à tout casser. L’appareil le plus souvent dans sa housse, nous avons “vécu” Tokyo. La location d’un studio à Asakusa nous a fortement aidé à réaliser cette “immersion”. Quelques courses quotidiennes au Family Mart ouvert 7j/7 et 24h/24 qui, non content de nous rendre d’immenses services, nous aura fourni d’excellents repas pour le soir. Quelques petites routines de vie qui ont contribué à nous faire sentir “chez nous” instantanément.

On croise les mêmes visages, on prend ses marques dans le quartier, les petits restaurants, les commerçants qui nous reconnaissent (coucou, on parle pas un mot de japonais, on est forcément des boulets). On “vit” plus que l’on est en “vacances”. Comme si, durant 15 jours, ma vie s’était juste délocalisée ailleurs, en créant un nouveau bout de mon existence à la fois différent et familier. On était bien, on était là où il fallait être, “à la maison” dans notre pays de coeur.

Depuis mon enfance je rêve de Tokyo de ce bout du monde où je n’avais jamais pensé arriver à mettre les pieds.

J’ai passé 29 ans à fantasmer ce voyage, à me dire que “peut-être, un jour, je sais pas, on verra, quand on aura l’argent, le temps, ci et ça”. Il y a toujours une raison pour ne pas passer le cap du désir à la réalisation. Nous devions partir l’année du tsunami. Quelques jours avant, nous étions sur le point de prendre nos billets et puis… Et puis, la vie, les différentes galères professionnelles, le fait de me lancer à mon compte (et les galères à nouveau), le temps a passé, nous avons fait de merveilleux séjours en France (en Bretagne & en Aveyron) dont je suis revenue comblée sans pour autant perdre de vue le Japon.

Je vais vous faire un aveu, une confidence. Avant ce mois de mai, je n’étais jamais sortie de France. Pas de parents voyageurs, pas de budgets dédiés, rien. Lorsque certaines -grâce au blog- partent dans tous les coins du monde, moi, à 29 ans, je n’ai pas vu grand chose à part Paris, la Bretagne, l’Aveyron. Et la Toscane. Uniquement car une partie de ma famille y vit. Je n’écris pas ça pour me faire plaindre, je n’en suis absolument pas jalouse, loin de là, préférant partir avec celui qui partage ma vie, plutôt que de partir partout mais sans lui. J’écris cela uniquement pour montrer l’importance qu’avait en prime ce voyage.

Une première que je tenais à faire avant mes 30 ans (toujours eux, plus que 6 mois) et qui a pris toute son ampleur. Et je suis encore plus consciente de cette “chance”. Je mets des guillemets car cette chance est aussi le résultat de plusieurs années d’économies, qui, au départ était destinées à un auto-cadeau pour… mes 30 ans (oui, je suis obsédée) que je désirerai ardemment depuis longtemps : un sac Chanel.

Budget parti, le sac sera donc oublié, mais je ne regrette pas une seule seconde ce geste, cette folie, cette décision prise à deux mois du départ et qui restera certainement l’un des plus beaux souvenirs de ma vie.

Tout ça pour vous dire que, même si les “bons plans / bonnes adresses” de rigueur n’ont pas été donnés, même si les mots ont souvent manqué, même si les photos se sont faites rares pour préserver cette magie (et intimité des souvenirs), j’espère que ces quelques aperçus vous auront donné envie de partir vous plonger dans cette ville qui est si contrastée, si vivante et inspirante. Vous serez surprises à chaque instant de la journée, perdue parfois par l’immensité des quartiers, de ces magasins au 50 étages qui n’en finissent plus, tout comme je l’ai été.

Nous n’avons mis en boite que 4 tenues, dont celle-ci shootée au parc Ueno, assez répétitives d’ailleurs (la faute à la chaleur non prévue !) mais je n’étais pas partie pour ça et puis il ne servaient à rien de vous montrer 50 fois que oui, à la ville, en vacances, comme sur le blog, je m’habille toujours à peu près pareil ;-)

Ce post était très long, j’en suis consciente, et certainement l’un des plus personnels jamais posté ici. Si vous avez eu le courage de le lire jusqu’au bout, merci !

Passez une très bonne journée et à très vite sur About A Girl !

blog mode, blog mode nice, blog mode tendance, blog mode about a girl, about a girl blog, lore median, stan smith blancheTop American Vintage // Pantalon Loreak Mendian // Baskets Adidas // Sac Longchamp (old)

parc ueno, ueno tokyo, tokyo japan

blog mode, blog mode nice, blog mode tendance, blog mode about a girl, about a girl blog, loreak mendian, baskets stan smith

ueno park, temple ueno, parc ueno tokyo

blog mode, blog mode nice, blog mode tendance, blog mode about a girl, about a girl blog, loreak mendian, baskets stan smith

ueno park, temple ueno, parc ueno tokyo

blog mode, blog mode nice, blog mode tendance, blog mode about a girl, about a girl blog, loreak mendian, baskets stan smith

ueno park, temple ueno, parc ueno tokyo


Créatrice du blog mode tendance et beauté "About-a-Girl.com". Journaliste et community manager freelance.

  1. Lily

    28 juillet

    C’est vraiment magnifique, je suis éblouie par ces paysages. J’aime beaucoup ce pantalon avec les baskets
    Bisous

    • Jessica

      29 juillet

      Et il y aurait encore tant et tant à montrer ! Merci beaucoup Lily :)
      Bisous

  2. Vannina

    28 juillet

    J’ai lu ton post avec de la buée dans les yeux tellement tu as mis des mots sur ce que j’ai pu ressentir là bas,j’ai mis 15 ans à décider mon homme pour y aller et c’était au delà de ce que j’avais pu rêver et fantasmer,je m’attendais au pays à la nourriture mais pas au raffinement de ce peuple,on a rencontré des gens adorables partout,les rapports etaient faciles même en ne parlant pas la même langue,si j’avais eu ne serai ce qu’une opportunité de bosser là bas je serais restée pour y vivre tellement je me suis sentie en phase avec les japonais.c’est vrai que ça te marque à jamais.

    • Jessica

      29 juillet

      C’est vrai qu’on part en ayant une idée, même des “clichés” (sans le côté péjoratif du terme) et une fois sur place, on découvre un autre monde et des aspects qu’on n’aurait jamais pu imaginer. La gentillesse, la politesse, le plaisir d’aider et tant d’autres qualités chez les gens m’ont vraiment touché. Je me retrouve aussi dans ce que tu m’écris et je pense que toi aussi tu rêves d’y retourner !

  3. Gilberte

    29 juillet

    Je suis sous le charme de ta tenue !

  4. Cathy

    29 juillet

    Rolalalaaa ton post m’a beaucoup ému! Je vais au japon fin Octobre avec mon mari pour notre voyage de noces et c’est un rêve pour tous les deux que nous souhaitions aussi réaliser avant nos 30 ans! J’ai lu tous tes posts sur le Japon et du coup l’excitation et l’attente des 3 mois est insupportable ^^
    Merci pour ce post très personnel mais très touchant ^^

    • Jessica

      30 juillet

      Les souvenirs d’un voyage de noces sont, par définition, magiques mais en partant au Japon pour celui-ci, l’émotion en y repensant va être multipliée par 100 d’autant plus que vous réaliser aussi un rêve de longue date ! Je comprends ton excitation, j’étais dans le même état ;) Je vous souhaite de passer un excellent séjour, de profiter intensément et de goûter / tester tout ce que vous pourrez !
      Merci Cathy pour ton message :)

  5. Guylaine

    29 juillet

    Magnifique post ! Un vrai plaisir à lire. D’autant plus que c’est très bien, ça en était d’autant plus agréable.
    (Et ça me fait pareil l’absence de mots pour décrire ce genre de choses. Dans mon cas, j’aime beaucoup faire des concerts et pareil que toi pour ce voyage à chaque fois qu’on me demande de raconter alors que lorsque j’y pense j’ai tellement de choses qui me passent par la tête et bien face à mon interlocuteur je me contente de trois pauvres mots, ça me semble si difficile à partager finalement et à décrire surtout lorsque ça touche très très fort en dedans va essayer d’en parler à des gens qui n’y étaient pas ^^).

    • Jessica

      30 juillet

      Merci Guylaine pour tes jolis mots ! Tu donnes aussi un très bon exemple avec les concerts, c’est vrai que ça peut être très similaire ! Comme tu le dis si bien, quand ça te touche très fort, impossible de décrire ça a une personne qui n’a pas vécu la même chose que toi et au même moment !

  6. J’adore et je sais !!
    Et merci d’avoir mis des mots sur ce que j’ai ressenti.
    J’ai eu le sentiment d’être chez moi au Japon, d’y vivre et non pas d’y être en vacances, tout comme toi. Et peut être que Ca vient de là mon retour si dur à la réalité. Tout semblait si évident la bas, si facile, si normal.
    Et j’ai un peu voyagé avant mais je n’ai jamais ressenti ça ailleurs sache le.

    Je t’embrasse ma jolie et j’ai hâté de te voir
    Gros bisous

    • Jessica

      30 juillet

      Oh oui je sais que tu sais ! Tu m’as fait rêver avec tes photos et a réveillé encore plus mon impatience à partir ;) Je regrette juste de ne pas avoir pu profiter des cerisiers en fleurs, malheureusement, on est arrivés trop tard pour cela (ça sera pour la prochaine fois !).
      Le retour aussi a été difficile pour nous surtout que K est retourné travaillé le lendemain matin… Question réalité en pleine face, on pouvait difficilement faire mieux… Tu résumes ça parfaitement : c’était si facile et si évident !

      Je t’embrasse Céline, j’ai hâte aussi de te revoir, très bientôt j’espère

  7. Céline

    30 juillet

    C’est un joli article plein de confidences. C’est beau de réaliser ses rêves, ça fait avancer. Et merci de faire partager ça ! Le mien de rêve c’est découvrir New York, ça fait des années que j’y pense, je voulais y aller pour mes 30 ans. Pas pu, c’était l’année de mon mariage !! (Bon, c’est bien mieux c’est sur !). La j’en ai 31, toujours pas de N.Y cette année, l’achat de notre appartement prend plus de frais que prévu… Objectif : printemps prochain, j’espère ! Bonne soirée

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

INSTAGRAM
RETROUVEZ ABOUT A GIRL SUR INSTAGRAM